Bâtir pays (3)

Crédit-photo : Devon – Le labour des champs

Bonjour.

Quand je suis née au tournant de la Deuxième Guerre mondiale, la vie était bien différente de celle d’aujourd’hui.

Je n’en crois presque pas mes yeux comme on en a fait du chemin depuis! Une belle évolution avec le temps. Et ce, en tout et partout.

 

Vêtements

Au niveau de l’habillement, il y a eu une évolution. Quand j’étais une toute petite fille, le port du pantalon n’était pas accepté pour la gente féminine; les filles et les femmes de tout âge se devaient de porter une robe ou une jupe longue jusqu’aux genoux en tout temps et des bas longs. Pour aller en classe l’hiver, afin de contrer le froid, si on endossait un pantalon, il fallait ajouter une jupe ou ne robe par-dessus le pantalon.

Quand on allait à l’église catholique, interdiction d’entrer dans l’église si la tête n’était pas couverte d’un chapeau ou d’une autre coiffure. À l’inverse, les hommes et les garçons se devaient, eux, d’enlever leur coiffure à l’église et surtout en présence d’hommes et de femmes qui avaient un statut social particulier. C’était considéré comme un geste de respect, à l’époque.

Une mode qui a fini par s’éteindre avec les années.

 

Nom de jeune fille

Un changement important pour les femmes au cours du dernier siècle est la possibilité de conserver son nom de famille.

Parce que lors du baptême d’une fille, on lui attribuait un nom qu’elle perdait lors de son mariage. Elle devait prendre le nom de son mari. Elle s’appelait «Madame» suivit du nom de famille de son conjoint.

Quand une femme décidait de se faire religieuse, prendre le voile que l’on disait à l’époque, son nom était changé pour celui d’un saint ou une sainte (Mère Saint-Joseph, Mère Sainte-Gertrude, par exemple). Elle revêtait une robe noire longue jusqu’aux pieds et cachait ses cheveux sous une coiffe. Les modèles différaient selon leur congrégation à laquelle elle appartenait.

IPIR 2009, soumis à copyright – Habit de religieuse de la Congrégation Notre-Dame
Présence obligatoire d’un homme

Les femmes qui se réunissaient mensuellement au Cercle des Fermières ou aux Dames de St-Anne, dans ce genre d’association, la présence d’un homme y était obligatoire, ce pouvait être soit le curé ou le vicaire de la paroisse.

Une femme ne pouvait aller à l’hôpital accoucher ou subir une opération quelconque sans la signature du mari.

© Ministère de la Culture et des Communications – Fondation du Cercle de Fermières de Roberval, 1915
Travailler

Un bon emploi n’était pas accessible comme aujourd’hui.

Il était permis pour une jeune femme de travailler comme bonne dans les maisons privées, à bas salaire. Si elle avait eu la chance de recevoir une instruction de base, elle pouvait soit enseigner ou soit être infirmière. Une fois mariée, ça devenait difficile d’avoir un boulot.

À la ville, c’était un peu différent. Comme les hommes prenaient part à la guerre 1939-1945, on manquait d’effectifs et les femmes pouvaient obtenir un emploi dans les usines avec des conditions de travail pas toujours faciles.

 

Bâtisseuses et bâtisseurs de pays

Je lève mon chapeau à toutes ces femmes qui ont eu le courage de s’affirmer et de faire avancer la cause des femmes qui, par ricochet, a beaucoup aidé la vie des hommes aussi. Si nous, les femmes, bénéficions d’autant de liberté aujourd’hui, que ce soit pour la pratique des sports, le travail, le droit à l’éducation et d’avoir un compte en banque rien qu’à soi, etc. c’est grâce à toutes ces femmes que sont nos mamans, nos grands-mamans, nos arrières-grands-mamans qui ont travaillé d’une étoile à l’autre, nuit et jour, mettant au monde nombre de bébés, fatiguées et souvent mal en point.

Ces femmes, et ces hommes, ont travaillé si fort pour bâtir un pays tel que nous pouvons en bénéficier aujourd’hui.  Un grand merci du fond du cœur à toutes ces bâtisseuses et bâtisseurs de pays.

À nous maintenant d’en faire quelque chose de merveilleux et d’en être fière.

Lorraine Dallaire

Tous vos commentaires sont lus avec plaisir !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s