Brume sur Halifax (1)

Brume

De : Clémence Bourget
Date : 2007-07-20 – 14:55
A : amis.internautes@clemenceetseshistoires.com
Sujet : Perdue dans la brume et la pluie d’Halifax

Allô,

Vendredi, jour de brume et de pluie.

Je suis rentrée à la maison plus tôt, à peine quelques heures après la fin du cours d’anglais, parce que notre groupe de huit filles s’est dispersé un peu partout dans la ville de Halifax et de Dartmouth, et aussi parce que j’étais trempée. Il a plu finement une bonne partie de la journée.

Quand nos profs nous ont remis notre liberté en fin d’après-midi, quelques-unes étaient fatiguées et sont rentrées pour dormir. Un petit groupe de trois a décidé d’aller jouer au billard et j’ai préféré aller en direction du port de Halifax, seule. «Je ne suis pas faite en chocolat et je ne fondrai pas sous la pluie !», me suis-je dit.

Le port compte plus d’une vingtaine de quais. Il y a beaucoup d’activités là : des kiosques, des restaurants, des crémeries. Je me suis assise sur un banc face à l’océan, parce qu’ici on ne l’appelle plus mer comme en Gaspésie mais bien océan, et j’ai regardé les gros bateaux défiler à travers la brume. Comment dire… je me sens dans mon élément ici. Le son des cornes de brume montant des bateaux, le fracas des vagues, tout ça, c’est comme faisant partie de moi depuis des siècles.

Dire que dans les années 1860, le port de Gaspé était drôlement dynamique lui aussi; les bateaux marchands y faisaient escale, il y avait même des consulats étrangers qui s’installaient dans la région. Mais en 1866, les pères de la Confédération voulaient faire entrer la Nouvelle-Écosse dans la Confédération et en échange de leur adhésion, on leur a promis que le port de Halifax serait la porte d’entrée du nouveau pays. On a échangé la prospérité gaspésienne contre une signature. Aujourd’hui, des retombées pour le port de Halifax de plus de 11,5 milliards de dollars et tout près de 12 000 emplois…

Port Halifax

Je me demande qui je serais devenue si j’avais pu demeurer en Gaspésie. Une chose est sûre, malgré toutes les manigances des gouvernements pour «fermer» la péninsule et les îles avec leurs expropriations sauvages au nom du BAEQ (Bureau d’aménagement de l’Est du Québec), incluant la fermeture d’une dizaine de villages, qui ont provoqué l’exode des Gaspésiens, ils n’ont jamais réussi à extraire l’eau salée qui coulent dans nos veines.

Ici, je reconnais aussi un peuple d’eau. Dans les autobus qui me mènent à l’école tous les jours, se trouvent des militaires et des agents travaillant dans la marine. Ils sont reconnaissables à leurs uniformes, à leur coiffe bleue, aux chignons bien tirés des femmes. Ils inspirent le respect.

Je suis étonnée par la politesse des gens à leur égard, mais aussi envers tous. Même que les conducteurs immobilisent leur voiture dès que tu poses le pied sur l’asphalte pour traverser une rue. Très différent de Montréal où le jeu consiste plutôt à tenter d’écraser les piétons. Il faut dire que les piétons ne respectent pas toujours la signalisation. Tu sais la manière qu’ont les Montréalais d’attendre le feu vert aux intersections les deux pieds sur l’asphalte au lieu de rester prudemment sur le trottoir ? Ici, c’est interdit.

En revanche, il n’est pas interdit d’admirer Mikael, mon professeur de l’après-midi. Je t’ai peu parlé de Mikael, c’est parce que sa beauté fait presque mal aux yeux. Oh ! My godness ! de quoi frémir, ma chère ! Surfeur, grand, mince, cheveux bruns, yeux bleus, bien que beaucoup de gens ont les yeux bleus ici tout comme en Gaspésie, les siens sont incroyables, 27 ans, beaaauuuuu, heu… marié. Un gros détail. Un excellent professeur d’anglais. J’apprécie aussi Dany, mon prof du matin, son père québécois est tombé amoureux de l’océan et d’une fille du Nouveau-Brunswick, et ont décidé de vivre en Nova Scotia. Calme, doux, gentil, début de la trentaine, marié aussi, mais lui, c’est moins grave, il me semble.

Hier, c’était examen avec mon professeur Mikael, celui qui est d’une grande beauté. Il a d’ailleurs été mannequin, nous a-t-il confié. J’ai obtenu la note parfaite de 100 et Mikael m’a taquinée un brin parce que je voulais me faire rétrograder au début.

Pendant que la pluie coule sur mon imperméable, je pense au soleil de la semaine dernière. Je suis allée à Peggy’s Cove.

Là-bas, j’ai attrapé un coup de soleil qui a provoqué une réaction sur ma peau. J’ai consulté un médecin. Facile, elle fait partie de notre groupe. Elle m’a prescrit une crème. Tout devrait disparaître dans quelques jours. Le plus comique, c’est la réaction de mes amis arabes, ils ne comprennent absolument rien à ça, eux qui ont la peau si brune. Ils n’attrapent même pas un coup de soleil, me disent-ils. Je ne les crois pas, ils me taquinent sans doute. En Arabie Saoudite, la température oscille entre 40 et 50 degrés celcius. Ouf ! J’ai chaud juste de l’entendre. J’en oublie presque la pluie.

J’espère que tout va bien pour toi.

Bon week-end.

Clémence

6 réflexions sur “Brume sur Halifax (1)

  1. Bravo Clémence, j’aime ta plume. Je peux voir ton beau prof d’anglais et tu dois être contente de ne pas avoir rétrograder. Et on vit avec toi à Halifax. Merci je vais continuer à te lire!!!

    J'aime

  2. Chère nièce Clémence ,
    tu vois ,juste une petite suggestion et oups ,ça fait une super belle expérience, qui nous intéressent beaucoup.
    de tante qui t’aime .
    Yvette

    J'aime

  3. Très belle histoire ! On arrive presqu’à voir ton professeur d’anglais. Il y a de la fraicheur, de la naïveté, de l’info concernant la confédération et plus encore. Très rafraichissant.

    Jocelyne

    J'aime

Tous vos commentaires sont lus avec plaisir !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s